Le 26 janvier au Sénat, Brigitte Micouleau, Sénatrice de la Haute-Garonne, a interrogé Alain Vidalies, Secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, sur l’avancée des projets de Lignes à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.

Alors qu’il avait annoncé, le 26 septembre dernier, la décision du Gouvernement de réaliser ces deux LGV, il était depuis resté muet sur le calendrier et le financement de ces projets. Des éléments concrets attendus et réclamés, en vain, à plusieurs reprises par les élus locaux et les habitants du Grand Sud-Ouest.

Si Alain Vidalies a effectivement confirmé les objectifs de mise en service de la LGV Bordeaux-Toulouse en 2024 et celle de Bordeaux-Dax en 2027, il n’a pas véritablement apporté de réponse sur les questions liées au financement :
– Il a certes confirmé l’estimation du coût global de ces deux LGV de 8,3 milliards d’euros, mais a rappelé que cette estimation datait de 2013 et n’avait pas fait l’objet d’actualisation depuis.
– Il n’a ni infirmé, ni confirmé les rumeurs de désengagement de certaines collectivités devant initialement financer ces réalisations.
– Enfin, il n’a toujours pas répondu  à la question que posent de nombreux élus locaux : A quand la réunion du Comité des Financeurs pour y voir plus clair…